Publié le Laisser un commentaire

Fruits, légumes et pesticides

Pour faire des économies ou pour savoir quel fruit éplucher ou juste rincer, il est bon de savoir quelq sont les fruits et légumes les plus pollués lors de leur culture.

Voici un petit tableau récapitulatif pour savoir quel fruits et légumes achetés bio impérativement.

Une pomme par exemple, qui concentre toutes ces bonnes vitamines dans la peau, sera extrêmement polluée si elle n’est pas bio. Je vous recommande de l’éplucher si vous avez des doutes sur son origine tant elle contiendra de produits toxiques.

Fruits, légumes et pesticides, le tableau récapitulatif de mangersain.bio

Publié le Laisser un commentaire

Pana cotta fraise à la fleur de sureau

Dans mon jardin je n’ai pas de vanille mais j’ai des fleurs de Sureau qui s’épanouissent allégrement et les premières fraises timides qui rougissent doucement. J’ai donc décidé de tester une pana cotta spéciale

photo de pana cotta fraise 1

 

Ingrédients pour la pana cotta fraise

Pour la pana cotta à la fleur de Sureau :

25cl de crème liquide
25cl de lait
50g de sucre de canne
3 belles ombrelle de Sureau
2g d’agar agar

Pour la gelée de fraises

200g de fraises
Le jus d’un demi citron
1 cs de sucre de canne

1g d’agar agar

Préparation de la pana cotta fraise

Laver les fraises, les équeuter et les mixer avec le jus de citron. Faire bouillir 2mn avec le sucre et l’agar agar. Laisser tiédir. Déposer dans des petits moules flexibles ou dans des verrines. Mettre au frigo.

Enlever les fleurs des ombelles. Faire bouillir le lait et y laisser infuser les petites fleurs blanches à couvert, jusqu’à complet refroidissement. Passer le lait en pressant bien les fleurs pour récupérer tout l’arôme.
Faire chauffer le lait parfumé avec la crème, le sucre et l’agar-agar durant 2 minutes. Laisser tiédir.
Verser dans les moules souples par dessus la gelée de fraises. Laisser refroidir, puis réserver au frais au moins 2 heures.

photo de pana cotta fraise

Servir froid dans les verrines ou démouler (attention pour les verrines mettre peu d’agar agar pour conserver un aspect crémeux mais pour un démoulage parfait il faudra mettre un peu plus d’agar agar.

Publié le Laisser un commentaire

Comment lutter naturellement contre les Gaz et ballonnements

Il y a quelques temps un copain m’a demandé quelles étaient mes astuces pour lutter contre les gaz et ballonnements.
En effet, soucieux de son alimentation il mange beaucoup de crudités mais aussi des légumineuses pour les protéines végétales. Et ces dernières sont bien connues pour donner des gaz.
Mon premier réflexe a été de lui demander s’il les faisait tremper assez longtemps et cuire avec un peu de bicarbonate de soude.
En fait il les achète en bocaux pour éviter cette longue période de trempage et une cuisson trop longue.
Nous sommes nombreux à vouloir gagner du temps tout en cherchant à mieux manger? Ce genre de désagréments ne devrait pas nous arrêter dans notre quête d’une meilleure alimentation.
Je partage donc des petites astuces avec vous pour lutter naturellement contre les gaz et les ballonnements.

Comment lutter naturellement contre les gaz et les ballonnements

On s’imagine souvent que les épices ont seulement un rôle odorant et gustatif pour la cuisine. En réalité elles sont très souvent utilisées pour leurs bienfaits.
Voici une liste de plantes carminatives à utiliser lors de la cuisson de vos aliments ou en infusion. Les plantes carminatives ont la propriété de réduire la production de gaz provoqués par la fermentation des aliments dans l’intestin. Elles en facilitent aussi leur expulsion. Vous serez peut être gênés de cet effet mais les gaz ne doivent pas rester dans vos intestins, il faut les éliminer.

Les graines de carvi, fenouil (graines et plantes), anis, badiane, cumin ou coriandre (graines et feuilles), la racine de gingembre, les bâtons de cannelle et les feuilles de laurier sauce peuvent servir lors de la cuisson ou en infusion.

Les feuilles de mélisse, de menthe poivrée, estragon, romarin et de thym en infusion vont calmer les spasmes de l’estomac et lutter contre les gaz.

Moins agréable le bicarbonate de soude, l’argile et le chardon noir sont efficaces pour lutter contre les gaz.
Le bicarbonate de soude peut être mélangé dans un verre d’eau (une cuillère à café) et bu avant le repas ou servir dans l’eau de cuisson des aliments reconnus comme difficile à digérer.
L’argile sera aussi mélangée avec de l’eau plusieurs heures avant le repas. On ne boit que le liquide de surface, pas le dépôt. Cela fait un pansement gastrique.
Le charbon noir absorbe tout ce qu’il y a de mauvais dans votre ventre (y compris les médicaments, donc ne pas consommer en cas de prise médicamenteuse).

Pour finir une petite restauration de la flore intestinale par une prise d’ultra levure ou autre probiotique remettra votre intestin en forme.

 

Publié le Laisser un commentaire

Levain maison

Depuis plusieurs jours déjà nous avons un nouveau pensionnaire. Je lui ai donné le nom (il paraît qu’il faut les nommer ces petites bêtes là) de son « parrain », celui qui m’a aidé à l’adopter.  Il est rapidement devenu autonome. Au début je le nourrissais tous les jours. Maintenant un jour sur deux suffit. Il triple aussitôt de volume! Mais il revient assez vite à la normal car je le fais travailler quelques heures après!

Il s’agit de mon tout dernier test culinaire: le levain maison! Après 2 essais au seigle qui montaient trop vite et se couvraient de moisissures, un essai au sarrasin qui a vécu assez longtemps pour donner naissance à un pain avant de subir le même sort, j’ai fait un levain à l’épeautre (80) que je nourris maintenant à la farine d’épeautre complète (150) et à l’eau dé-chlorée (laissé dans une carafe à l’air libre pour faire partir le chlore du robinet) et ça marche! Il a une odeur de yaourt. Parfois il me réclame à manger en se couvrant d’eau ou en sentant un peu acide mais le rythme d’un jour sur 2 semble lui convenir. Je l’ai nourri une fois à la farine de seigle et une petite pellicule blanche commençait à apparaître. Je l’ai vite nourri d’épeautre de nouveau et il se porte comme un charme.

Il a déjà donné naissance à 4 pains.

Sur la photo j’avais 2 pensionnaires: un fait de sarrasin et un d’épeautre. Le premier m’a fait un pain mais a ensuite tourné court en se couvrant de moisissures.

Et voici le résultat d’un bon pain à la farine d’épeautre semi-complète au levain maison

Allez je vous explique la marche à suivre pour faire son levain maison. Vous allez voir, c’est facile

Faire son levain maison

Le préambule: une température comprise entre 20° et 30°

Le temps: 3 à 4 jours.

Les ingrédients: de la farine semi-complète ou complète et de l’eau à poids égal
1 pincée de sucre pour accélérer la fermentation (facultatif)

Simple, non?

Diluer 50g de farine d’épeautre complète ou semi-complète dans 50g d’eau de source (ou eau bouillie refroidie). Mélanger avec une cuillère en bois. Courir d’un linge humide. Laisser fermenter 3 à 4 jours selon la chaleur.

Quand des bulles commencent à se former et que l’odeur devient un peu aigre, ajouter 20g de farine et 20g d’eau de nouveau. Mélanger. Il faut « nourrir » le levain.
Le levain va doubler de volume en quelques heures puis redescendre.

Le lendemain ajouter 20g de farine et 20g d’eau et cela tous les jours ou tous les 2 jours selon l’utilisation que vous ferez de votre levain.

Dès le 4eme jour vous pourrez prélever du levain pour faire votre pain au levain maison.

Si au bout des 4 jours il n’y a pas eu fermentation (création de bulles et bonne odeur de yaourt) il faudra recommencer.

Utilisation du levain maison

Le levain se conserve au frigo. On y ajoute un mélange à part égal d’eau et de farine la veille de son utilisation (qui peut être quotidienne si vous voulez) de manière à en avoir assez pour prélever la quantité nécessaire à la confection de son pain. Si on ne l’utilise pas tous les jours il ne faudra pas le nourrir en trop grande quantité afin de ne pas se retrouver avec un bocal immense.

Exemple d’utilisation: il reste 100g de levain, je lui rajoute son poids en farine et en eau. Je rajoute donc 100g de farine semi-complète + 100g d’eau. Je l’utilise quand il a fini son cycle de fermentation. je dois donc attendre qu’il soit monté puis redescendu, soit au moins 6h. Si je ne l’utilise pas pendant une semaine, tant qu’il ne sent pas le aigre mais qu’il garde une agréable odeur de levure il n’est pas utile de le nourrir car le frigo l’engourdit.

Si j’en ai trop (exemple il me reste 200g que je dois réactiver), je rajoute seulement 100g de farine et 100g d’eau mais je dois prévoir de le faire la veille car il sera plus long à se réveiller puisque moins « nourri ».

L’utilisation du levain se fait comme suit: 100g de levain + 1cc de levure sèche type SAF ou 6g de levure fraîche pour 500g de farine, 270ml d’eau tiède et 10g de sel.

Le levain remplace une partie de la levure. Il aide à « digérer » le gluten et rend donc le pain plus digeste en plus de lui apporter son petit goût unique.

 

 

 

Publié le Laisser un commentaire

Yaourts maison fermes

Après de nombreux tests et essais ratés, après avoir mangé des yaourts trop liquides ou trop acides, j’ai enfin trouvé LA recette.

Je vous livre mon secret de fabrication de yaourts maison fermes.
C’est une recette inratable qui demande juste un peu d’organisation.

yaourts maison fermes
recette des yaourts maison fermes

Ingrédients pour 8 pots de yaourts maison fermes

1l de lait entier bio
1 demi-pot de yaourt de la fournée précédente ou un sachet de ferments
8 cuillerées de sucre de canne complet
1 cuillère à café de vanille en poudre ou 1 gousse de vanille ou autres parfums
1 thermomètre de cuisson

Préparation des yaourts maison fermes

1- Porter le lait à ébullition.
Cette étape finissant souvent en nettoyage de ma plaque de cuisson pour cause de lait débordant, j’utilise un thermomètre de cuisson. L’avantage est qu’il bipe quand la température souhaitée est atteinte. Je le mets à 77° afin d’arriver à temps et je surveille jusqu’à ce que le lait soit à 80°.
Si vous utilisez une gousse de vanille il faut la fendre dans toutes sa llongueur et la plonger dans le lait dès le début afin qu’elle infuse correctement. Vous pouvez n’utiliser qu’une demi-gousse de vanille à chaque fois car le pris est assez élevé.

2- Attendre que la température du lait redescende autour des 55°.
Au dessus de 60° les ferments du lait sont tués par la chaleur. Il faut donc que le lait redevienne tiède avant de l’utiliser.
Je ne saurais pas vous expliquer pourquoi il faut monter le lait à 80° auparavant. Je crois que c’est une question de molécules qui change d’aspect. Le fait est que CA MARCHE. Si vous utilisez un lait à 50° sans le faire bouillir puis refroidir vous n’aurez pas des yaourts maison fermes comme il faut. Une fois à la bonne température retirer la gousse de vanille si besoin et en gratter bien toutes les graines pour les récupérer.

3- Mélanger le lait aux ferments peu à peu
Verser le lait tiède sur le mélange sucre, ferments ou yaourt et vanille en poudre.
Je remplace parfois la vanille par 6 gouttes d’Huile Essentielle de Citron bio. J’adore les yaourts au citron, même si je suis la seule à les apprécier autant dans ma famille.

4- Mettre en pot
Si vous n’avez utilisez aucun parfum ni sucre il est encore temps de mettre une cuillère à soupe de confiture maison dans le fond de chaque pot.
Versez la préparation dans les pots préalablement rangés dans la yaourtière pour éviter de les manipuler inutilement une fois remplis.

5- Laisser 8h en place
Sortir les pots et les mettre à refroidir au bord de la fenêtre s’il fait plus froid dehors. Une fois refroidi les mettre au frigo au moins 4h avant dégustation.

A savoir:
Plus le temps d’incubation est long et plus les ferments digèrent le lactose. Éteindre la yaourtière et laisser les yaourts refroidir plusieurs heures à l’intérieur permettra d’avoir des yaourts avec de moins en moins de lactose.
Ceci dit plus les ferments auront « mangé » leur nourriture (le lactose) et moins ils vivront longtemps.
Si vous voulez refaire une tournée de yaourt il faudra la faire rapidement ou sortir un des pots de la yaourtière au bout de 8h maximum et le mettre à refroidir.

Vous pouvez ensuite les mélanger à des flocons d’avoine ou des petites baies rouges ou noires pour un goûter santé 100% maison!

Publié le Laisser un commentaire

Baguettes viennoises recette maison

Ingrédients pour 4 baguettes viennoises recette maison

470 g de Farine bio semi-complète
2 oeufs de poule élevée en plein air battus
10cl de lait d’amande bio (ou de lait entier bio)
10cl d’eau tiède (environ 30°)
2 cc de levure (SAF par exemple)
30 g de sucre 100% canne
2 cc de sel fin
70 g  de beurre en dés
1 oeuf  battu (facultatif, pour dorer les pâtons)

Préparation pour 4 baguettes viennoises recette maison

Cette préparation nécessite d’être chez soi une journée. Avec de l’organisation elle ne prend pas beaucoup de temps mais il faut y revenir régulièrement.

H-30 minutes

Délayez la levure avec l’eau et le lait tiède, réservez. Sortir le beurre nécessaire à température ambiante.

Heure H

Au bout de 30 minutes environ: mettre dans un robot mixer/pétrisseur tous les ingrédients.
Mélanger/pétrir au robot.
Il est possible de mélanger à la maison mais la pâte est assez collante. Cela rend les choses compliquées et pas très agréable. De plus pétrir à la main va nécessiter un ajout de farine pour ne pas garder la pâte collée sur les main.
En bref je conseille de mélanger avec un robot ou une spatule à la main si vous avez le courage.

Laissez reposer dans le robot jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume (à 24° près du poêle, j’ai laissé 3h). Je pense qu’on peut la faire plusieurs heures à l’avance et l’oublier là quelques heures si la cuisine n’est pas trop chaude.

H + 3h

Déposez la pâte sur un plan de travail fariné. Attention à bien se fariner les mains aussi! Divisez la pâte en 4 pâtons.
Formez 4 baguettes en roulant les pâtons sur le plan fariné et en les touchant le moins possible. Plus vous les toucherez et plus elles seront collantes. Du coup vous aurez tendance à ajouter de la farine se qui les rendra sèches.

Déposez les 4 baguettes sur une plaque de four (ou un moule à baguettes) recouverte de papier sulfurisé (ou simplement bien fariné). Laissez lever. Et oui, encore.
Pour gagner du temps il est possible de les mettre dans un four préalablement chauffé à 30° de manière à accélérer la levée.
Laissez environ 1h. Attention: si elles gonflent trop vite elles vont retomber aussi vite à la cuisson et vous aurez des baguettes toutes plates. Le four ne doit pas dépasser les 30°.

H + 4h

Quand elles sont gonflées, badigeonnez les d’oeuf  battu à l’aide d’un pinceau pour les rendre dorées.
C’est une option que je saute parfois, comme sur cette photo. Vous pouvez constatez du coup que ce n’est pas nécessaire.
Incisez le dessus juste avant de mettre au four avec 3 coups d’un couteau bien aiguisé.
Cette étape permet au pain de se fendre de manière harmonieuse quand il gonfle. Sans cela il se « casserait » n’importe où.

Cuire pendant 20 min dans un four bien préchauffé à 180°  (th.6)

H + 4h30

Sortie du four!

Avec une confiture maison au petit déjeuner du Dimanche ou un club fromage, jambon, salade pour un petit côté salé/sucré accompagné d’une pomme pour le pique nique des enfants, c’est un régal.

Bon appétit!

Publié le Laisser un commentaire

Comment manger sainement

Pour commencer je voudrais torde le cou à une mauvaise idée qui dit que manger sainement c’est manger moins. Moins de ceci ou moins de cela… En réalité manger sainement c’est manger plus. Manger plus de tout.
Manger sainement c’est manger plus de légumes et plus de fruits, mais aussi plus d’aliments variés que l’on oublie pour se concentrer sur des plats tout prêts qui ne nous font pas gagner finalement beaucoup de temps.
Manger sainement c’est manger plus de vitamines, d’acides gras essentiels et de minéraux.
Manger sainement c’est donner plus de place au plaisir de nos papilles gustatives. Pas seulement aux papilles du bout de notre langue, celles qui sont sensibles au goût sucré et salé, mais à toutes nos papilles gustatives.

 

Comment manger sainement ?

Je ne vais pas vous dire que manger sainement se fait d’un claquement de doigt mais contrairement aux idées reçues c’est assez facile et ça ne demande qu’un peu d’organisation. L’élément clé pour manger sainement c’est la volonté et un minimum d’organisation.
Soyons honnête: les légumes frais s’abiment plus vite que les pâtes et ne font pas partie des réserves que l’on garde dans nos placards pour improviser un repas. Il faut donc un minimum d’organisation pour l’achat, la conservation et la consommation de nos légumes frais afin qu’ils ne se gaspillent pas.
Voici quelques astuces pour manger sainement au quotidien sans se prendre la tête.

Astuce 1 pour manger sainement: Oublier les plats industriels

Cette astuce arrive en premier et c’est sans doute celle qui fait fuir le plus de personnes pourtant décidées à manger sainement. Pourtant les plats cuisinés peuvent être facilement remplacés sans passer une heure en cuisine tous les soirs.

OK je concède que vous n’allez pas manger du hachis parmentier tous les soirs car c’est un plat qui nécessite du temps. Mais d’un autre côté manger un plat prêt à réchauffer va très vite vous faire oublier les bases de l’alimentation saine et la nécessité de manger des légumes.

Trop de sel, du sucre ajouté, des colorants, des adjuvants de toute sorte…. lisez les étiquettes de vos plats. Franchement ça fait peur.

Voici comment choisir vos aliments dans l’idéal pour manger sainement:

Il ne doit pas y avoir plus de 3 aliments dans la liste des ingrédients
Le sucre ne doit pas être numéro 1 de la liste
Il ne doit pas y avoir d’ingrédients que vous ne comprenez pas (E quelque chose, acidifiant ou autre produits avec des noms douteux)

Astuce 2 pour manger sainement: Boire beaucoup

 

Oui ça peut paraître étrange de voir les boissons en 2eme position mais l’eau est un des élément les plus important pour le corps.

Je parle bien sûr d’eau, pas de boissons sucrées. Ces dernières ne devraient même pas exister. Les jus de fruits peuvent se faire à la maison pour conserver toutes les vitamines, sinon elle s’évaporent. La vitamine C disparait en 30 minutes.
Mieux qu’un fruit pressé, un fruit entier le matin apportera les vitamines et aussi les fibres retirées lors du pressage.
Un jus du commerce (privilégiez un pur jus) n’aura plus de vitamines ou bien elles seront remplacées par des vitamines de synthèse, moins bien assimilées par l’organisme.
Encore une fois: pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple: manger des fruits frais et entier ne nécessite aucune préparation. Boire de l’eau est la boisson la plus économique et la plus saine qui existe.

Pour ma part je filtre l’eau du robinet. L’eau en bouteille pouvant avoir été stockée dans des endroits chauds, le bisphénol du plastique peut entrer dans l’eau. L’eau du robinet est trop chlorée et contient aussi des résidus de médicaments. Un filtre ne coûte pas trop cher et évite de porter des bouteilles et de les stocker.

Pour boire plus dans la journée, faites vous des infusions. Les goûts sont illimités et il suffit souvent d’une petite parcelle de jardin ou de quelques bacs sur le balcon pour avoir ses propres herbes. Sinon ça prendra toujours moins de place à stocker que les bouteilles de boissons. Le karkadé, ou hibiscus officinal, peut se boire froid et apporte de l’acidulé à vos boissons. La verveine apaise et aide à digérer… La menthe parfume agréablement votre eau l’été, pourquoi pas avec un peu de jus de citron.

Astuce 3 pour manger sainement: manger de toutes les couleurs

Manger des légumes est sans doute ce qui vient en premier à l’esprit quand on parle de manger sainement. Si la variété est la clé, nous pouvons cependant mettre en haut de l’échelle des légumes bons pour la santé les crucifères (choux de toute sorte, brocolis, radis…). En effet ce sont les légumes qui contiennent le plus de vitamine A, de vitamine C, d’acide folique et de fibres. Très riches en anti-oxydants ils permettent à l’organisme de rester en bonne santé.

On nous parle souvent de légumes verts. Un légume vert c’est quoi?
Pour reconnaître un légume vert c’est facile: il est … vert! Et non! Il est frais! Le légume vert est « vert » par opposition au légume sec qui a perdu sa fraîcheur. Mais le légume dit « vert » peut être de toutes les couleurs. Et la couleur c’est la joie des papilles gustatives et des yeux. Alors vive la diversité dans l’assiette.

Les légumes verts

Ils sont riches en vitamines C. Ils permettraient de prévenir les risques cardiaques et les maladies dégénératives (des yeux, Alzheimer, démence). Selon une étude publiée dans le « Journal of the National Cancer Institute », une portion de verdure par jour permet de réduire de 11 % les risques de crise cardiaque.
Dans la liste des légumes de couleur verte on trouve: la salade, les haricots verts, les brocolis, les épinards, les petits pois, les blettes, mais aussi les avocats, les poireaux, les choux verts, les courgettes…

Les légumes rouges

Ils sont riches en antioxydants et facilitent la digestion. Ils contiennent de la lycopène, actif anti-cancer. Ils sont riches en vitamines C et A.
Dans la liste des légumes de couleur rouge on trouve: les tomates, les piments, les poivrons, les choux rouges, les betteraves, les radis…

Les légumes oranges et jaunes

Ils sont bons pour la peau. Ce sont de puissants antioxydants. Les aliments oranges, riches en vitamines C, renforcent les défenses immunitaires.
Dans la liste des légumes jaunes et oranges on trouve: les Carottes, les potirons, les patates douces…

Les légumes violets

Ils diminuent la tension artérielle et renforcent la mémoire.
Dans la liste des légumes violet on trouve: les choux violets, les aubergines, mais aussi les carottes violettes…

Les légumes blancs

Ils sont réputés anti-inflammatoires, anti-cholestérol et bons pour la circulation.
Dans la liste des légumes blancs on trouve: les choux-fleurs, les champignons, les oignons, les pommes de terre, les panais, les salsifis…

Astuce 4 pour manger sainement: manger de saison

Il vaut mieux manger les légumes et fruits de saison car ils sont adaptés aux besoins de l’homme. Les kiwis et les agrumes gorgés de vitamines C à l’automne en sont un bon exemple.

D’après la médecine chinoise, la nourriture doit s’adapter aux saisons pour harmoniser le corps avec ses besoins.

De plus manger de saison est un bon moyen de manger local. Moins les aliments auront voyagé et plus il y a de chance qu’ils soient arrivés à maturité dans de bonnes conditions. En effet, les fruits et légumes, pour être transportés, sont cueillis bien avant leur maturité. Alors qu’une pêche achetée chez le producteur du coin aura été ramassée peu de temps avant d’être vendue. Elle aura plus de chance d’être gorgée de soleil, de goût et de bons nutriments.

Astuce 5 pour manger sainement: éviter le sucre ajouté

Le sucre se cache partout, sous différentes forme. Un pot de sauce tomate du commerce sera autant sucrée qu’une part de gâteau au chocolat!
La farine blanche est source de sucre « stockable » alors que le sucre consommé avec ses fibres (céréales complètes ou fruits entiers) sera utilisé plus rapidement par le corps sans « encrassage » de l’organisme.

Sachant que le sucre se trouve déjà dans les fruits, les céréales, certains légumes, autant oublié définitivement le sucre blanc qui n’apporte aucun intérêt nutritionnel. On lui préférera le sucre roux de canne complet, le miel, les fruits en morceaux….

Le sucre apporte de l’énergie à court terme et doit être adapté à l’activité sportive. Pour un Dimanche cocooning il n’est pas nécessaire!

Astuce 6 pour manger sainement: manger du bon gras

Le bon gras apporte la satiété. Il n’est pas nocif pour la santé. A condition bien sûr de savoir le choisir.

Le « mauvais gras » est celui que l’on retrouve dans les produits industriels pour donner saveur et texture aux plats et gâteaux, et qui aide à la conservation. Il est appelé « gras trans » et augmente le mauvais cholestérol sanguin et les maladies cardio-vasculaires.

Le « bon gras » est celui que l’on trouve dans les avocats, les oléagineux, l’huile d’olive, de colza et de noix de coco par exemple.

Une chose à savoir aussi est que la viande, et surtout la charcuterie, contient beaucoup de gras. Sans devenir végétarien, mieux vaut manger un peu moins de viande et un peu plus de poissons (surtout les petits poissons gras riches en oméga3 comme les sardines) et de légumineuses pour faire le plein de protéines.

Publié le Laisser un commentaire

Tourte de blettes sucrée niçoise

Voilà une bien amusante façon de faire manger des légumes verts aux enfants. Mais aussi les grands enfants.
Mon papa est fan de cette tourte de blettes sucrée niçoise. C’est lui qui me l’a faite découvrir. A chaque fois que je l’a fait je pense à lui.
C’est une recette d’automne et d’hiver.

Ingrédients de la tourte de blettes sucrée niçoise

La pâte:
500g de farine
200g de beurre à température ambiante
150g de sucre blond
2 oeufs entiers
1 pincée de sel
(eau si nécessaire)

La garniture:
1 bouquet de jeunes feuilles de blettes
2cs de parmesan
2 oeufs
2 pommes reinette
100g de raisins trempés dans du rhum (idéalement 50% blancs et 50% noirs)
100g de pignons
150g de sucre roux
1cs d’huile d’olive
poivre
Sucre glace
pour le décor

Préparation de la tourte de blettes sucrée niçoise

Former une fontaine avec la farine, le sucre, le poivre et le sel et disposer les 2 oeufs battus et le beurre mou au centre.
Malaxer rapidement mais sans trop pétrir. Au besoin ajouter un tout petit peu d’eau pour former une pâte à tarte.
Laisser de côté.

Prendre les vert des blettes et les rouler sur elles mêmes afin de les émincer (environ 0,5cm). Les faire tremper, rincer, égoutter, 3 fois de suite pour enlever l’amertume des feuilles.
Bien égoutter et faire sécher dans un linge propre.

Dans un saladier mélanger le parmesan râpé, le sucre roux, les raisins secs au rhum, l’huile d’olive, les 2 oeufs battus et le pignons. Bien mélanger, ajouter les feuilles de blettes émincées.

Découper la pâte à tarte en 2, étaler la plus grosse moitié et en recouvrir un moule à tarte de 40cm de diamètre, les bords doivent bien débordés.
Recouvrir avec la garniture. Disposer de fines tranches de pommes sur la garniture.

Etaler la 2eme moitié de pâte pour faire un rond de 40cm de diamètre tout juste.
La disposer sur la tourte et bien souder les bords.
Piquer avec une fourchette plusieurs fois.

Faire cuire à four chaud (220°, en fonction des fours) pendant environ 40mn: la tourte doit être dorée.

A la sortie du four saupoudrer de sucre glace et laisser refroidir à température ambiante.

Se conserve très bien plusieurs jours dans un endroit frais.

Publié le Laisser un commentaire

Comment manger bio pas cher

On entend souvent des personnes dire que manger bio coûte plus cher.

Si vous n’achetez que des plats cuisinés tout prêts ce n’est pas faux. Mais si vous prenez un peu de temps pour cuisiner voici quelques astuces pour que ça ne vous coûte pas plus cher.

Comment manger bio pas cher?

Astuce 1 pour manger bio pas cher : Acheter des aliments simples et sains

Les fruits et légumes bio seront un peu plus chers mais ne nécessitent pas d’être épluchés. Il y aura donc moins de gaspillage et ils apporteront plus de vitamines et minéraux puisque ceux-ci sont plus concentrés dans la peau. Pas besoin de grande cuisine pour les préparer: en crudités, à la vapeur, mijotés en cuisson lente… Ils se suffisent à eux-même pour apporter du goût et peuvent se décliner avec du curry, des herbes de Provence….

Acheter des aliments simples c’est aussi préparer les cakes maison avec de la farine bio, du lait bio, des oeufs bio et du beurre bio. Vous aurez un gâteau maison moins cher qu’un gâteau tout prêt avec des aliments frais et bio. Les produits laitiers bio ont l’avantage de ne pas contenir autant de pesticides et d’antibiotiques grâce à l’alimentation saine des vaches.

Vous pouvez aussi faire vos yaourts maisons avec un litre de lait bio en recyclant un demi-yaourt pour la fournée suivante et en achetant de temps en temps des ferments lactiques pour redonner de la fermeté à vos yaourts. Ajoutez une confiture maison faite grâce à l’excédent de fruits de votre jardin ou de celui d’un voisin, ou encore grâce aux fruits bradés en pleine de saison en fin de marché.

Astuce 2 pour manger bio pas cher : Réduire les emballages

Acheter en gros ou en vrac va non seulement réduire vos poubelles mais en plus réduire votre facture! Les magasins bio privilégient d’ailleurs ce mode de vente, bon pour la planète et pour votre porte monnaie. De plus il s’agit d’aliments en provenance des producteurs locaux qui ne perdent pas de temps à emballer inutilement leur production.

Manger bio pas cher c’est aussi acheter des légumineuses, du riz ou des pâtes en vrac et faire soi-même ses mélanges prêts à l’emploi dans de jolis bocaux.

Acheter de la farine en vrac nécessite un peu d’organisation mais tout le monde a des bocaux en trop suite à l’achat de haricots verts, compotes ou autre aliments en conserves. Sinon il est très facile de trouver des bocaux d’occasion pour une bouchée de pain.

Astuce 3 pour manger bio pas cher : Réduire la consommation de viande

Il n’y a pas de miracle, la viande bio coûte plus chère car les animaux ne sont pas artificiellement engraissés ni remplis d’antibiotiques. D’ailleurs une viande de supermarché perd beaucoup plus d’eau à la cuisson qu’une viande d’un producteur bio.
Une viande de qualité vous apportera une meilleure santé. Mais elle a un prix. La quantité mangée à chaque repas pourra être réduite car cette viande sera un concentrée de bonnes choses qui ne nécessitent pas d’être consommées en aussi grande quantité que ce dont on a l’habitude.

Il faudra aussi trouver des substituts moins chers pour avoir son apport en protéines tout au long de la semaine. Pour cela pensez aux légumes secs. Faciles à conserver, vous les aurez sous la main en cas de besoin.

Les œufs permettent de manger bio pas cher. Ils vous apporteront des bonnes protéines, sans cholestérol s’ils sont issus d’un élevage bio en plein air.

Astuce 4 pour manger bio pas cher : consommer de saison

C’est une astuce tellement logique que j’ai hésité à la noter. Manger de saison est moins cher car les produits sont locaux et en grande quantité. Mais surtout ils auront du goût! Voir notre tableau des légumes et fruits de saison.

La consommation de légumes et de fruits de saison est sans conteste LA résolution pour manger sain.
Certains légumes ou fruits doivent impérativement être bio. Les pommes par exemple sont les numéros un en terme de traitement et leur peau est recouverte de pesticides et autres produits nocifs pour la santé. Le coeur si craquant des salades est le nid où se concentre les produits phyto-sanitaires que vos jolies salades auront reçus. Le raison, les carottes, sont d’autres exemple d’aliments à consommer bio car trop traités.

Astuce pour savoir quels fruits et légumes bio privilégier: regarder l’épaisseur de la peau.
Afin de faire plaisir à votre porte monnaie certains légumes peuvent ne pas être bio. Un légume dont la peau ne se mange pas sera assez préservé des traitements reçus lors de sa production. C’est le cas de l’avocat, de la banane ou de l’oignon.

La pomme ou la carotte ont tout intérêt à être consommée avec leur peau, car c’est là que se concentre le plus de vitamines. Mais aussi le plus de pesticide et d’herbicide si elles ne sont pas bio.

Astuce 5 pour manger bio pas cher : Penser aux aliments complets

Là encore il s’agit d’une évidence pour la santé. Mais le raffinage à outrance nous a fait oublier que les céréales complètes sont plus nutritives que les céréales raffinées. Ainsi du pain complet ou du riz complet seront plus rassasiants et nécessiteront une quantité moindre pour apporter la satiété. Le son et le germe qui sont retirés pour faire de la farine blanche ou du riz blanc sont les parties les plus exposées aux pesticides. C’est pourquoi il est important d’acheter des aliments complets bio.

Cela vaut aussi pour le sucre. S’il est si blanc alors qu’il a naturellement une couleur caramel c’est qu’il a été raffiné et a perdu ses qualités nutritives pour n’avoir plus qu’un pouvoir sucrant.

Plus un aiment est raffiné (blé, riz, sucre…) est plus nous consommons des « calories vides ». Ces produits font grossir sans apporter aucun nutriments utiles à l’organisme. Hors nous mangeons avant tout pour alimenter en énergie notre corps. C’est une évidence qu’il ne faut pas perdre de vue. On ne mettra pas n’importe quoi dans le réservoir de notre voiture afin de ne pas encrasser le moteur. Le corps humain est une machine sacrément solide quand on voit comme elle est traitée par certains mais une machine qui finit par crier « au secours » par tous les moyens dont elle dispose quand on la nourrit mal.

Astuce 6 pour manger bio pas cher : Eviter le gaspillage

Un reste de légumes pourra être agrémenté en quiche, en omelette ou en galette.

Des fruits trop mûrs seront transformés en compotes ou en gâteaux.Les fruits dans les gâteaux permettant de baisser voire de supprimer la quantité de sucre ajouté dans un gâteau c’est une astuce non négligeable.

Et n’oublions pas le classique pain perdu ou pudding pour le pain sec si vous n’avez pas de poules.

 

Vous voilà prêts à faire des économies en ayant le plaisir de manger sain et bio

Publié le Laisser un commentaire

Faut il manger sans gluten

Nous entendons beaucoup parlé de « sans gluten », faut-il ou non manger sans gluten?

Pourquoi manger sans gluten?

L’intolérance au gluten est une maladie auto-immune. Ses symptômes sont nombreux et peuvent être source de nombreuses maladies.

Comment cela se produit-il? Le gluten perfore l’intestin, créant des ouvertures dans les parois.

Le Dr Seignalet classait les maladies induites par l’intolérance au gluten en 3 grandes catégories:

– les maladies auto-immunes (l’intestin grêle laisse passer des grosses molécules alimentaires ou bactériennes dans l’organisme qui se défend en fabriquant des anticorps dont certains vont se retourner contre l’organisme),

– les maladies d’encrassage (l’intestin grêle laisse passer des petites molécules alimentaires ou bactériennes dans l’organisme qui s’infiltrent dans les tissus et perturbent la communication entre les cellules,

– les maladies d’élimination (les globules blancs vont nettoyer l’organisme en éliminant les cellules mortes créant des maladies par là où elles seront éliminées).

Ces maladies sont sous différentes formes d’arthrites et de rhumatismes, de diabètes, d’hépatites, de lupus, acné, asthmes, infections ORL récidivantes, urticaires et eczémas… et bien sûr la maladie coeliaque.

Elles ne présentent pas de manifestations immédiates à l’ingurgitation du gluten. Pourtant c’est la perméabilité de l’intestin induite par l’excès de gluten qui va ouvrir la porte à des réactions allergiques et des maladies qui semblent sans rapport.

L’intolérance au gluten est souvent liée à une intolérance au lactose.

Qui doit manger sans gluten?

Quand on lit toute la série de maladies que le gluten peut induire on réalise que nous sommes tous sensibles à cette molécule. Son effet sur notre intestin est très mauvais.

Sans rentrer dans l’excès si vous êtes en bonne santé, gardez tout de même en tête que le blé moderne est très mauvais pour la santé car il contient beaucoup trop de gluten et se trouve dans beaucoup trop d’aliments.

La part des céréales dans l’alimentation devrait être réduite de façon générale et celle du blé raffiné non biologique plus particulièrement.

Je recommande de réduire le plus possible la consommation de pain et de choisir un pain complet biologique au levain pour les jours où nous en mangeons.

Le pain complet apporte des fibres rassasiantes et des nutriments qui sont retirés du pain blanc. Le pain au levain a un indice glycémique moins élevé que la pain blanc et contient moins de gluten. Le pain complet doit être biologique car l’enveloppe des grains de blé étant consommée il est important qu’elle ne contienne pas de pesticides ou autres résidus de substances chimiques.