Publié le Laisser un commentaire

Pana cotta fraise à la fleur de sureau

Dans mon jardin je n’ai pas de vanille mais j’ai des fleurs de Sureau qui s’épanouissent allégrement et les premières fraises timides qui rougissent doucement. J’ai donc décidé de tester une pana cotta spéciale

photo de pana cotta fraise 1

 

Ingrédients pour la pana cotta fraise

Pour la pana cotta à la fleur de Sureau :

25cl de crème liquide
25cl de lait
50g de sucre de canne
3 belles ombrelle de Sureau
2g d’agar agar

Pour la gelée de fraises

200g de fraises
Le jus d’un demi citron
1 cs de sucre de canne

1g d’agar agar

Préparation de la pana cotta fraise

Laver les fraises, les équeuter et les mixer avec le jus de citron. Faire bouillir 2mn avec le sucre et l’agar agar. Laisser tiédir. Déposer dans des petits moules flexibles ou dans des verrines. Mettre au frigo.

Enlever les fleurs des ombelles. Faire bouillir le lait et y laisser infuser les petites fleurs blanches à couvert, jusqu’à complet refroidissement. Passer le lait en pressant bien les fleurs pour récupérer tout l’arôme.
Faire chauffer le lait parfumé avec la crème, le sucre et l’agar-agar durant 2 minutes. Laisser tiédir.
Verser dans les moules souples par dessus la gelée de fraises. Laisser refroidir, puis réserver au frais au moins 2 heures.

photo de pana cotta fraise

Servir froid dans les verrines ou démouler (attention pour les verrines mettre peu d’agar agar pour conserver un aspect crémeux mais pour un démoulage parfait il faudra mettre un peu plus d’agar agar.

Publié le Laisser un commentaire

Comment lutter naturellement contre les Gaz et ballonnements

Il y a quelques temps un copain m’a demandé quelles étaient mes astuces pour lutter contre les gaz et ballonnements.
En effet, soucieux de son alimentation il mange beaucoup de crudités mais aussi des légumineuses pour les protéines végétales. Et ces dernières sont bien connues pour donner des gaz.
Mon premier réflexe a été de lui demander s’il les faisait tremper assez longtemps et cuire avec un peu de bicarbonate de soude.
En fait il les achète en bocaux pour éviter cette longue période de trempage et une cuisson trop longue.
Nous sommes nombreux à vouloir gagner du temps tout en cherchant à mieux manger? Ce genre de désagréments ne devrait pas nous arrêter dans notre quête d’une meilleure alimentation.
Je partage donc des petites astuces avec vous pour lutter naturellement contre les gaz et les ballonnements.

Comment lutter naturellement contre les gaz et les ballonnements

On s’imagine souvent que les épices ont seulement un rôle odorant et gustatif pour la cuisine. En réalité elles sont très souvent utilisées pour leurs bienfaits.
Voici une liste de plantes carminatives à utiliser lors de la cuisson de vos aliments ou en infusion. Les plantes carminatives ont la propriété de réduire la production de gaz provoqués par la fermentation des aliments dans l’intestin. Elles en facilitent aussi leur expulsion. Vous serez peut être gênés de cet effet mais les gaz ne doivent pas rester dans vos intestins, il faut les éliminer.

Les graines de carvi, fenouil (graines et plantes), anis, badiane, cumin ou coriandre (graines et feuilles), la racine de gingembre, les bâtons de cannelle et les feuilles de laurier sauce peuvent servir lors de la cuisson ou en infusion.

Les feuilles de mélisse, de menthe poivrée, estragon, romarin et de thym en infusion vont calmer les spasmes de l’estomac et lutter contre les gaz.

Moins agréable le bicarbonate de soude, l’argile et le chardon noir sont efficaces pour lutter contre les gaz.
Le bicarbonate de soude peut être mélangé dans un verre d’eau (une cuillère à café) et bu avant le repas ou servir dans l’eau de cuisson des aliments reconnus comme difficile à digérer.
L’argile sera aussi mélangée avec de l’eau plusieurs heures avant le repas. On ne boit que le liquide de surface, pas le dépôt. Cela fait un pansement gastrique.
Le charbon noir absorbe tout ce qu’il y a de mauvais dans votre ventre (y compris les médicaments, donc ne pas consommer en cas de prise médicamenteuse).

Pour finir une petite restauration de la flore intestinale par une prise d’ultra levure ou autre probiotique remettra votre intestin en forme.

 

Publié le Laisser un commentaire

Levain maison

Depuis plusieurs jours déjà nous avons un nouveau pensionnaire. Je lui ai donné le nom (il paraît qu’il faut les nommer ces petites bêtes là) de son « parrain », celui qui m’a aidé à l’adopter.  Il est rapidement devenu autonome. Au début je le nourrissais tous les jours. Maintenant un jour sur deux suffit. Il triple aussitôt de volume! Mais il revient assez vite à la normal car je le fais travailler quelques heures après!

Il s’agit de mon tout dernier test culinaire: le levain maison! Après 2 essais au seigle qui montaient trop vite et se couvraient de moisissures, un essai au sarrasin qui a vécu assez longtemps pour donner naissance à un pain avant de subir le même sort, j’ai fait un levain à l’épeautre (80) que je nourris maintenant à la farine d’épeautre complète (150) et à l’eau dé-chlorée (laissé dans une carafe à l’air libre pour faire partir le chlore du robinet) et ça marche! Il a une odeur de yaourt. Parfois il me réclame à manger en se couvrant d’eau ou en sentant un peu acide mais le rythme d’un jour sur 2 semble lui convenir. Je l’ai nourri une fois à la farine de seigle et une petite pellicule blanche commençait à apparaître. Je l’ai vite nourri d’épeautre de nouveau et il se porte comme un charme.

Il a déjà donné naissance à 4 pains.

Sur la photo j’avais 2 pensionnaires: un fait de sarrasin et un d’épeautre. Le premier m’a fait un pain mais a ensuite tourné court en se couvrant de moisissures.

Et voici le résultat d’un bon pain à la farine d’épeautre semi-complète au levain maison

Allez je vous explique la marche à suivre pour faire son levain maison. Vous allez voir, c’est facile

Faire son levain maison

Le préambule: une température comprise entre 20° et 30°

Le temps: 3 à 4 jours.

Les ingrédients: de la farine semi-complète ou complète et de l’eau à poids égal
1 pincée de sucre pour accélérer la fermentation (facultatif)

Simple, non?

Diluer 50g de farine d’épeautre complète ou semi-complète dans 50g d’eau de source (ou eau bouillie refroidie). Mélanger avec une cuillère en bois. Courir d’un linge humide. Laisser fermenter 3 à 4 jours selon la chaleur.

Quand des bulles commencent à se former et que l’odeur devient un peu aigre, ajouter 20g de farine et 20g d’eau de nouveau. Mélanger. Il faut « nourrir » le levain.
Le levain va doubler de volume en quelques heures puis redescendre.

Le lendemain ajouter 20g de farine et 20g d’eau et cela tous les jours ou tous les 2 jours selon l’utilisation que vous ferez de votre levain.

Dès le 4eme jour vous pourrez prélever du levain pour faire votre pain au levain maison.

Si au bout des 4 jours il n’y a pas eu fermentation (création de bulles et bonne odeur de yaourt) il faudra recommencer.

Utilisation du levain maison

Le levain se conserve au frigo. On y ajoute un mélange à part égal d’eau et de farine la veille de son utilisation (qui peut être quotidienne si vous voulez) de manière à en avoir assez pour prélever la quantité nécessaire à la confection de son pain. Si on ne l’utilise pas tous les jours il ne faudra pas le nourrir en trop grande quantité afin de ne pas se retrouver avec un bocal immense.

Exemple d’utilisation: il reste 100g de levain, je lui rajoute son poids en farine et en eau. Je rajoute donc 100g de farine semi-complète + 100g d’eau. Je l’utilise quand il a fini son cycle de fermentation. je dois donc attendre qu’il soit monté puis redescendu, soit au moins 6h. Si je ne l’utilise pas pendant une semaine, tant qu’il ne sent pas le aigre mais qu’il garde une agréable odeur de levure il n’est pas utile de le nourrir car le frigo l’engourdit.

Si j’en ai trop (exemple il me reste 200g que je dois réactiver), je rajoute seulement 100g de farine et 100g d’eau mais je dois prévoir de le faire la veille car il sera plus long à se réveiller puisque moins « nourri ».

L’utilisation du levain se fait comme suit: 100g de levain + 1cc de levure sèche type SAF ou 6g de levure fraîche pour 500g de farine, 270ml d’eau tiède et 10g de sel.

Le levain remplace une partie de la levure. Il aide à « digérer » le gluten et rend donc le pain plus digeste en plus de lui apporter son petit goût unique.